Une des premières choses que vous remarquez lorsque vous êtes en Thaïlande, c’est le nombre phénoménal de petits stands et échoppes qui trônent sur la voie publique et qui proposent à manger. Au Royaume de Siam, la fameuse « Street Food » (littéralement, « nourriture de rue ») est présente, partout ! Spécialités culinaires thaïes, étals de fruits, petits restaurants faits de bric et de broc… les senteurs embaument les papilles à chaque coin de rue, et là, où il y a du passage. Car, chose importante, les Thaïlandais adorent manger, et ce, plusieurs fois par jour.

Dites-vous que là où se concentrent les locaux, vous trouverez assurément des « Streets Food ».

Ainsi, entre 2 quartiers, 2 villages ou 2 villes, le long de la route, vous dénicherez de petites bicoques sans prétention qui vous proposeront les meilleures spécialités thaïes.

Cette culture de la « Street Food » ne date pas d’hier. Depuis toujours, la Thaïlande a toujours prôné l’importance de la société de service. En effet, pourquoi cuisiner chez soi, alors que la nourriture et les plats cuisinés dans la rue sont si peu chers et si exquis ?

Dans les grandes villes, où les habitants ne disposent pas tous de leur cuisine, cette situation s’est amplifiée, d’où cette constance des habitants de la capitale thaïlandaise à se sustenter dans la rue.

A Bangkok, La « Street Food » est omniprésente, aussi bien dans les quartiers huppés et touristiques que dans les coins les plus reculés du centre ville. Les locaux se plaisent à dire qu’une bonne « Soi » (rue) à habiter est celle où l’on trouvera beaucoup de nourriture. Ainsi, plus la « Soi » sera longue et grande, plus il y aura d’habitants, et plus le choix de nourriture sera important, d’où l’attrait de certaines « Soi » aux dépends d’autres.

Il existe plusieurs types de « Streets Food ». Certains restaurants peuvent être relativement imposants et proposer un large Menu, alors que la plupart des étales mobiles se bornent à cuisiner un seul plat. Par exemple, des brochettes de porc, des nouilles au poulet, du riz sauté au poulet ou au porc (« Kao Pat Gai » ou « Mou »), des brochettes de poulpes, etc…

L’une des particularités les plus remarquables de la « Street Food », c’est que l’on peut trouver à manger à toute heure de la journée et de la nuit. Il n’est pas rare de voir des stands se relayer, chacun avec des horaires spécifiques qui s’adaptent à la clientèle du moment. Certains restaurants de rue sont ouverts jour et nuit, 24 heures sur 24 (au même titre que les étals de fruits), tandis que de nombreux restaurants de nouilles sont ouverts jusque 3 ou 4 heures du matin. A la différence de l’Europe où ce cas de figure n’existe quasiment pas, ici, en Thaïlande, c’est la règle.

On peut manger sur place ou emporter son plat chez soi. Et si vous désirez vous faire livrer à domicile, pas de problème ! Même pour les petites échoppes, il existe des motos-Taxis qui font la navette dans les différentes « Soi », se transformant, à l’occasion, en livreur.

Enfin, des vendeurs ambulants passent à tour de rôle dans les « Soi », poussant leur carrioles, afin de vendre des fruits et légumes ou des glaces. Certains arrivent même en Pick-Up, toujours accompagnés d’une petite sonnette qu’ils déclenchent lorsqu’ils pénètrent dans la rue pour prévenir de leur arrivée.

N’oublions pas que nous sommes en Thaïlande, le temps, c’est de l’argent. Aussi, chaque air de musique signifie aux riverains quel type de produits il vend (fruits, légumes, glaces, etc…). Il suffisait d’y penser…

Kohlidays